RETOUR AU SOMMAIRE

Du haut de son clocher, un demi-siècle d'éxistence

EGLISE SAINTE RITA

 




En 1947, avec la forte activité de la fosse 9 de l'Escarpelle, les Houillères nationales décidèrent de construire des logements pour les mineurs et leurs familles. C'est sur ces terres, qui avaient été autrefois les domaines du seigneur de Belleforière, qu'a donc été construite cette charmante cité minière dite de "Belleforière", pour en conserver un souvenir historique, et qui change de l'aspect monotone des anciens corons. La construction de 350 habitations est projetée. Formant un nouveau village, cette population venait de la région Nord-Pas-de-Calais, mais aussi de la Somme, de Belgique et de Pologne. Bon nombre d'entre eux avait une foi religieuse assez forte et, pour se rendre aux offices, il fallait faire quelques kilomètres. C'est alors que l'abbé Battiau, curé de la paroisse de Roost, aidé des membres du comité catholique, a reçu pour mission de construire une église dans cette cité. Cette église serait dédiée à sainte Rita, en souvenir de Monseigneur Génie, archiprêtre de Douai, qui avait, avant sa mort, fait don d'une statue de la sainte en faveur du nouvel édifice.

La première pierre

La pose de la première pierre eut lieu le dimanche 3 septembre 1950, et fut l'occasion d'une cérémonie partant de l'église de Roost pour se rendre en cortège sur les lieux de construction. Ce fut le chanoine Corduant, archiprêtre de la paroisse Saint-Jacques de Douai, qui bénit rituellement cette première pierre posée par M. Lemerrer, directeur du siège de la fosse 9, accompagné de M. Brunaut, l'entrepreneur chargé de la construction et de M. Legland, président du comité catholique. L'abbé Battiau exprima ses remerciements à toutes les personnes présentes et surtout aux ouvriers qui participèrent à ces travaux, ces derniers étaient tous de la région.
Ce chantier fut mené bon train et, dès la toiture terminée, la cloche fut posée. Provenant de l'ancien château de Belleforière, offerte par Mme De Wavrechain, ancienne châtelaine de Bernicourt, cette cloche fut fondue en 1614 et doublée en poids en 1717. Elle pèse 40 kilos et donne le "si". Elle fut baptisée le lundi de Pâques 1951 en l'église de Roost, en présence de Mme Miens représentant Mme De Wavrechain, sa marraine et Mme Cappoen, son parrain.

"Marguerita"

Elle fut prénommée "Marguerita". Ce fut le 24 juin 1951, que l'édifice fut inauguré, en présence de milliers de personnes emmenées par son éminence Monseigneur Guerry, archevêque de Cambrai, et qui procéda à la bénédiction de l'église puis dans la foulée, baptisa Jean-Pierre et Jean-Claude Vernagut, des jumeaux d'une famille de mineurs, nés trois jours auparavant.
Dans cette église, outre l'office dominical, on y vient vénérer sainte Rita, la sainte des causes désespérées. Une neuvaine a lieu en mai de chaque année. Récemment, la municipalité a acquis le bâtiment pour le franc symbolique et a aussitôt entrepris quelques travaux, notammnent la réfection de l'escalier et la création d'une rampe en pente douce permettant l'accès aux personnes âgées ou handicapées. Après cinquante années d'existence, l'église sainte Rita accueille toujours autant de monde et a encore un bel avenir devant elle.

Cinquante ans après, la mairie vient de racheter l'église pour le franc symbolique et a lancé une série de travaux pour améliorer son accès.

La cloche de l'église Sainte-Rita, qui donne le "si", date de 1614 et pèse 40 kilos.

Crédit photos: Bernard Pawlicki

RETOUR AU SOMMAIRE